Fondée en février 2012

Logo

Covid19 et crise sanitaire

Nous accusons les gouvernements
au service des lois du marché et du Capital !

Depuis des décennies, la destruction des services publics ne cesse de s’accélérer. Suppression de postes, de lits, de matériel... Ce n’est pas pour rien s’il y a tant d’inquiétude aujourd’hui sur les capacités à faire face à cette crise sanitaire inédite ! Macron a voulu aller encore plus vite et encore plus loin dans le secteur de la santé comme dans tous les autres : transport, éducation, recherche... Avec une ligne conductrice très claire : priorité aux lois du marché et du profit, au détriment des usagers, c’est-à-dire de toute la société, et plus particulièrement des jeunes, des femmes, des précaires et des retraités.

Depuis des mois les personnels de santé revendiquent par tous les moyens possibles (manifestations, grèves, etc.) une amélioration des conditions et des moyens de travail et de soins afin de répondre aux besoins des patients.Après avoir, pendant des mois, refusé d’entendre ces revendications, Macron et le gouvernement osent désormais nous dire que « la santé n’a pas de prix » et « qu’il faut prendre soin de plus vulnérables », de « nos aînés ». Pourtant, il y a encore quelques semaines, il voulait, avec son premier ministre, imposer la réforme des retraites à coup de 49.3 !

On a, devant nos yeux, un système capitaliste qui est capable de sortir des milliards pour des guerres impérialistes, pour sauver les banques et les entreprises, mais qui est incapable de garantir l’accès minimum aux masques et gels hydro-alcooliques pour celles et ceux qui soignent, transportent, accompagnent les malades et les personnes en situation de fragilité.Incapable de garantir des moyens de protection pour toutes les femmes et les hommes qui se mettent en danger quotidiennement pour livrer des colis, faire tourner les caisses des supermarchés...

Pour beaucoup d’entre nous, c’est l’inconnu total entre prise de risque et télétravail, chômage technique et chômage tout court. Après la déclaration de « guerre » de Macron contre le virus, les mesures prises par le gouvernement ouvrent la porte encore plus largement au chantage et à la surexploitation, notamment pour les précaires, les jeunes, les sous-traitant, les livreurs, travailleurs de la grande distribution...qui sont bien souvent sans aucune protection et qui sont les premières cibles de ces abus. Leurs employeurs (Amazon, Carrefour, Auchan,...) n’assument bien souvent pas leur responsabilité légale qui est d’assurer la sécurité des salariés alors qu’ils sont parfois au contact de centaines de personnes par jour ! Nous leur envoyons tout notre soutien.

Aujourd'hui, les mesures en train d'être adoptées sont une véritable déclaration de guerre aux acquis sociaux (limitation du temps de travail, acquisition de congés payés et liberté d'en disposer,...). Annoncées pour être provisoires, le temps de relancer l'économie, ces mesures sont un véritable plan de sauvegarde des profits et la promesse d'en réaliser encore plus à l'avenir, en augmentant encore l’exploitation.

Nous refusons de payer les conséquences de cette crise.
Nous sommes solidaires de toutes celles et tous ceux qui résistent et qui s’organisent.
Nous saluons le travail héroïque mené par les équipes soignantes.
Nous nous engageons à développer notre solidarité par tous les moyens et, dès que la situation nous le permettra, à continuer de lutter ensemble.

Cette situation renforce notre détermination à combattre ce système capitaliste impérialiste, responsable de la misère, des guerres et des crises sanitaires !


Nous relayons également ce lien, régulièrement mis à jour, qui relaie des prises de positions de syndicats et d'associations, avec des initiatives à partager et à faire grandir pour développer la solidarité concrète.
>> A faire connaître ! <<



Le 20 mars 2020

Ce communiqué est disponible en version PDF :